slate.fr regionales2010 sur slate.fr

L’axe Royal au service de Frêche

segolene-royalMartine Aubry souhaitait isoler le président de la région Languedoc-Roussillon? Gérard Collomb, le maire PS de Lyon ne s’en soucie pas: il déjeunera avec Georges Frêche mardi. François Rebsamen devrait suivre.

La proposition était sur la table depuis une dizaine de jours. Gérard Collomb, le maire de Lyon, avait en effet déclaré dans Le Progrès, être prêt à aller déjeuner avec Georges Frêche si ce dernier l’invitait avec femme et enfants. Le repas aura donc lieu mardi 23 février. De quoi donner une indigestion à la direction socialiste. Avec la création d’une liste PS menée par Hélène Mandroux, Martine Aubry voulait isoler l’actuel président de la région Languedoc-Roussillon à la suite de sa sortie sur la «tronche pas catholique de Laurent Fabius».

Un déjeuner chez la «grande gueule»

Cette visite de Collomb n’est donc pas vraiment une surprise. Déjà, début février, il avait pris la défense de l’ancien maire de Montpellier sur LCI: «Georges Frêche est-il antisémite? Pour moi, non. Je connais Georges Frêche, je suis allé avec lui en Israël, si vous voulez, il m’apparaissait plutôt comme un sioniste convaincu», expliquait-il, tout en déclarant quelques secondes plus tard: «Si vous me dites est-ce que Georges Frêche est insupportable? Est-ce que c’est une grande gueule? Oui.»

En se déplaçant chez cette «grande gueule», Collomb grille la politesse à François Rebsamen. Le maire de Dijon et ancien n°2 de Solférino se rendra lui aussi dans la région, le 11 mars prochain. Dans un entretien au Monde du 20 février 2010, Rebsamen explique que changer de candidat à un mois du scrutin n’est pas une bonne méthode.

Si Rebsamen met en avant des questions tactiques, Collomb, lui, a rendu hommage à l’action de Frêche qui, «à la tête d’une région a su trouver une architecture subtile entre l’urbanisation de la capitale languedocienne et le milieu rural». Mais les deux hommes ont sans doute d’autres raisons.

Frêche a soutenu Ségolène Royal lors de l’élection du premier secrétaire du PS alors que Rebsamen et Collomb menaient campagne pour cette dernière. Depuis la défaite de Royal, le maire de Lyon a souvent eu la dent dure pour la direction socialiste, allant jusqu’à évoquer son  «centralisme démocratique».

Une dimension nationale

Pas sûr cependant que Georges Frêche ait besoin de ces visites pour l’emporter. Les sondages le placent confortablement en tête et le Languedocien n’a pas l’air très impressionné par la mise à l’index décidée par Martine Aubry. «Celle-là, qui a été élue par la fraude, je m’en occuperai après les élections. Sinon, je la remercie, elle m’a donné une dimension nationale», lit-on dans le Dauphiné Libéré, qui  raconte «sa campagne régionale euphorique et revancharde».

Les propos de Daniel Cohn-Bendit, affirmant que «le frêchisme, c’est du Mussolini», lui ont aussi permis de se poser en victime et de s’étonner de «l’indignation sélective». «Si j’avais prononcé une telle phrase, nul doute que toute la France bien-pensante aurait poussé des cris d’orfraie», écrit Frêche dans un communiqué.

Les venues début mars de Bertrand Delanoë puis de Martine Aubry pour soutenir Hélène Mandroux ne devraient donc pas l’inquiéter plus que cela. Sa riposte est déjà prête. Le 25 février, Frêche sortira son livre Trêve de balivernes, pour en finir avec l’hypocrisie.

Arthur Nazaret

Image de une: Ségolène Royal le 16 janvier 2010 à La Rochelle. REUTERS/Regis Duvignau

5 Réponses pour “L’axe Royal au service de Frêche”

  1. estelle92 dit :

    Quel est le rapport entre votre titre et l’article ?
    Qu’est-ce que Royal vient faire là dedans ?

  2. kaygee dit :

    Une autre question essentielle est posée par l’épisode « Freche » et c’est l’orchestration catastrophique des Européennes pour laquelle Marine Aubry n’a pas eu l’honnetêté de démissionner et les Socialistes n’ont pas eu la vigueur de la virer. Les forces vives au sein du parti gravite autour de Freche pour inconsciemment débarasser leur parti de sa sécrétaire.

  3. paul2004 dit :

    enfin, voila Jeanne d’ Arc en besoin de publicité,,,,,yesssss on va se marrer

  4. lachosepublique dit :

    Je suis au regret de vous annoncer que François Rebsamen et Gerard colomb ont été des signataires de la motion E défendue par Ségolène Royal au congrès de reims, et donc par conséquent on peut parler « d’axe Royal », même s’il ne s’agit pas de Ségolène Royal en personne. Donc non, elle n’a pas besoin de pub, au cas où ça vous aurait échappé, elle a refusé de s’exprimer sur la scène nationale durant les élections régionales. Quand elle parle ça ne va pas, quand elle ne parle pas, ça va pas non plus. Foutez-lui la paix !

  5. Etienne dit :

    Comme je suis d’accord avec toi « lachosepublique » : laissez donc un peu Royal tranquille.

    Néanmoins je nuancerais son propos : elle s’en prend suffisamment plein la tronche sans qu’il soit besoin de l’associer à des évènements avec lesquels elle n’a rien à voir (c’était déjà le cas des premières dépêches concernant l’affaire dray). En associant subrepticement son nom à des affaires plus ou moins sulfureuses, nous comprenons bien que le seul but affiché est de la salir.

    S’intéresser à la chose publique, à la République (res publica), c’est ne pas sombrer dans la seule polémique et le culte de la petite phrase. C’est ce que fait Royal, activement, dans sa région : agir pour l’intérêt général, de façon citoyenne et démocratique.

Les commentaires fermés

EN DIRECT SUR LE WEB

LIENS RELATIFS

PUBLICITE

Connexion - BlogNews Theme by Gabfire themes